Le monde du libre 4

Le monde du libre 4
11 mars 2020 Commentaires fermés sur Le monde du libre 4 Monde du libre Numericatous

Nouvelle interview ce matin. Et ce n’est pas un inconnu dans le milieu du libre puisque j’ai le plaisir d’accueillir Gaël Duval (pour info, j’ai encore une boite avec CD de Mandrake 9.1 chez moi). Toujours aussi actif et engagé pour protéger nos vies privées, sur les smartphones maintenant, avec le projet /e/ Foundation.

/e/ smartphone

Bonjour Gaël, ravi que tu ai accepté cette petite interview, merci à toi.
Pour commencer, pourrais-tu revenir, rapidement, sur ton engagement
dans le domaine du libre. Tu es un des pionniers en France, pourquoi
avoir opté pour ce domaine, qu’est-ce qui te motive ?

Pour moi à l’origine, le libre c’était un accès à la connaissance, au
code source et le coté « intelligence collective ». C’était rare dans les
années 90 de pouvoir accéder au code source des logiciels, et encore
moins des OS. Car avant toute chose, c’est Linux qui m’a amené au
libre. Un système multi-utilisateurs et multitâches, c’était une
révolution à l’époque, tout comme internet, et c’était enfin quelque
chose d’aussi excitant que la micro-informatique dans les années 80.
Alors je m’y suis plongé corps et âme.

On entend beaucoup parler depuis un moment de souveraineté numérique,
de « lutte » contre les GAFAM, de respect de la vie privée. Et les smartphones aujourd’hui sont de véritables mouchards au service des géants Américains.

Et Chinois.

Toi, tu as choisi de clairement t’attaquer à cela, concrètement, en développant le projet /e/, un système d’exploitation pour smartphone,
basé sur Android, mais complètement indépendant de Google.
D’où t’es venu cette idée ? Pourquoi ?

La démarche est exactement la même que celle qui m’a amené à créer
Linux-Mandrake il y a… quelques années !

Pour /e/, je me suis rendu compte que les géants de l’Internet étaient
devenus des aspirateurs à données personnelles, et je ne souhaite pas
être fiché, ni par un gouvernement, et encore moins par une société
privée mondiale. Il y a trop d’enjeux derrière, à commencer par la
liberté, la démocratie… C’est très concret.

Alors je me suis posé des questions simples :

Est-ce que le(s) système(s) qu’on me propose répond à mon besoin ?

Non.

Alors est-ce qu’il existerait des alternatives qui pourraient répondre
à mon besoin ?

Oui mais elles sont inachevées, disparates et non-intégrées.

Est-ce qu’il est possible d’assembler toutes ces briques pour en faire un produit prêt à être utilisé et simple d’emploi ?

Oui.

Est-ce que la réponse à mon besoin pourrait intéresser potentiellement du monde et créer un projet passionnant ?

Oui.

Alors je lance un projet et avec un peu de chance et beaucoup de travail, ça finit par aboutir à quelque chose d’utilisable et qui s’améliore avec le temps.

Smartphone package /e/

Concrètement, où en est le projet /e/ aujourd’hui ? Comment se passe
le développement ?

Ça a avancé relativement vite jusqu’à maintenant. On a eu une première
version système et services en ligne associés (qui sont une part importante du concept) sortie fin 2018. En 2019 on a ajouté un installeur d’applications Android qui propose plus de 80 000 applications, avec une note de « privacy » pour presque chaque application, calculée sur le nombre de trackers.

On a a priori « dégooglisé » 100% de l’OS. On est probablement la version
d’Android la plus dégooglisée qui existe puisque même en bas niveau, il
n’y a plus aucun appel sur les serveurs de Google. Y compris le « connectivity check », y compris les serveurs DNS, NTP… Même CopperHeadOS, qui par ailleurs offre une sécurité très renforcée, n’est
jamais allé jusque là.

On est aujourd’hui au stade des finitions. On va vers une V1 cette
année, mais il y a encore du boulot sur certains aspects comme
l’interface graphique, qui reste en deçà des standards auxquels on s’est
habitués. Et on aimerait avoir une application permettant de régler
finement son niveau de protection par rapport aux trackers des
applications et des sites internet.

Smartphones reconditionnés avec /e/

J’ai vu que vous vendiez des smartphones avec ce système déjà, même si
les modèles supportés ne sont pas très nombreux pour le moment.

Il y a un peu plus de 90 modèles de smartphones supportés pour
l’instant, mais l’installation est relativement complexe, prend du temps
et comporte même des risques. Donc pour faciliter l’accès on cherche des
pistes et on trouve des solutions.

L’été dernier on a donc lancé une offre /e/ OS préinstallé sur des
smartphones reconditionnés Grade A (quasi neufs), sur 4 modèles
différents, et ça marche très bien. On va l’étendre cette année avec
d’autres modèles, et sans doute sur quelques smartphones neufs.

On lance aussi une beta d’un « easy installer » qui va permettre de
simplifier fortement l’installation du système, en le branchant sur un
PC et avec un nombre limité de manipulations.

Un autre bon point pour /e/ en plus de protéger la vie privée, vos
smartphones sont reconditionnés, c’est un bon geste pour la planète.
/e/ est écolo Le numérique doit faire sa part pour tenter de protéger la planète ?

Pour être honnête, je n’avais pas forcément ce coté en tête quand j’ai
lancé le projet, mais ça me va bien. On a aussi constaté que /e/ OS
faisant moins d’appels réseau permanents, il consommerait moins
d’énergie (si on met de coté les apps), jusqu’à 20%, ce qui est loin d’être ridicule.

Je pense qu’aujourd’hui, il y a une vraie convergence qui se met en
place : on veut manger plus sainement, on veut préserver la planète, on
veut des valeurs de société plus vertueuses. On se rend compte qu’on est
dans cette tendance et qu’on en devient un des acteurs, c’est excitant.

Sur le site de /e/, il y a également un service de cloud ainsi qu’une
adresse mail. Il faut des services libres également, en plus du
système d’exploitation, c’est évidemment important. Ce service va-t-il
évoluer, sera-t-il complété par d’autres ?

Oui, /e/ n’est pas seulement un OS pour smartphones, c’est un écosystème. Que vaudrait un OS « dégooglisé » qui proposerait par défaut
les services Google search, Google Maps, Google Mail et la sauvegarde de
ses données chez un géant du net ?

Donc on a recréé cet écosystème, mais sur une base libre (nextcloud,
postfix, dovecot, onlyoffice…). Tu crées un compte /e/ une fois et
immédiatement dans ton smartphone, tu as accès à une adresse email, du stockage en ligne, ton calendrier etc. Et tu peux retrouver tout ça
dans un navigateur web sur un PC.

C’est un gros boulot de maintenance car on a ouvert déjà plus de 12 000
comptes utilisateur, et c’est perfectible. Mais ça existe, c’est utilisable très facilement et on va ajouter des services supplémentaires comme un outil permettant d’utiliser ses SMS depuis son PC, une géoloc privée permettant de retrouver son portable, plein de petites choses comme ça.

Quel est l’avenir de /e/ ? De nouvelles fonctionnalités, plus de smartphones, de nouveaux services ? Comment voudrais-tu faire avancer ce projet ?

Honnêtement, mon idée c’est qu’on devienne l’alternative immédiatement reconnaissable dans le monde du smartphone, avec un positionnement plus respectueux, plus éthique. Pour l’instant ce n’est pas difficile car 100% du marché c’est Google avec Android et Apple avec iOS ! Et hormis un autre acteur américain qui a un positionnement un peu différent, /e/ est la seule alternative intégrée pour un public non geek aujourd’hui.

Et puis il y aura aussi des choses intéressantes à faire avec les assistants personnels !

Plus généralement, comment vois-tu l’écosystème du libre aujourd’hui
en France, que l’on dit par ailleurs leader de l’open source en Europe. Le CNLL, les divers clusters, y a-t-il une vraie dynamique, un marché porteur pour s’y développer ?

Je pense que l’open source est partout maintenant. Dans 80% des
smartphones et dans 100% des box internet il y a un noyau Linux qui
tourne ! Dans le cloud ça devient aussi la norme. La question derrière
c’est plutôt à mon avis des querelles de chapelles et les modèles
économiques. Il faut que l’écosystème du libre continue de déborder dans l’industrie.

Et la question liée c’est : quant va t-on comprendre, et là je parle des
institutions et des grandes boites, que pour retrouver de la
souveraineté technologique en UE, il faut avoir des infrastructures
qu’on maîtrise totalement : le réseau, les OS, les toolkits de dev, du
savoir-faire pointu. Aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas. Et tous
ceux qui affirment : « pas grave, on a raté un train mais on va se
rattraper avec l’IA ou la quantique » sont dans l’aveuglement le plus
total. Il faut maîtriser tous les étages de la fusée. On ne peut plus
repartir d’une feuille blanche. La seule voie possible qui reste est
donc l’open source.

Regardons les chinois, ils s’y prennent admirablement en la matière…
Même si pour le coup, ils ne proposent pas des voies particulièrement
vertueuses, et c’est là que l’Europe a une voie particulière à faire entendre.

Il y a divers projets, pas toujours libres, mais avec une éthique au
niveau de la protection de la vie privée notamment, qui se développent. Je pense à Qwant même s’il n’est pas le seul. Mais, c’est peut-être une impression, chacun avance de son côté. Ne penses-tu pas qu’il faudrait tenter de créer une synergie dans ce domaine, et d’unir ces acteurs pour être plus fort, gagner en visibilité, etc ? Ce ne serait pas plus efficace face aux GAFAM ?

Bien sûr, je suis d’accord avec ça. Je pense qu’on va arriver à faire
des choses, mais il y a quand même pas mal de manque de volonté des
institutionnels et un manque cruel d’investissement.

Par chance on a vu comment ça c’est passé pour le cloud souverain :
l’État a dit « il nous faut un cloud souverain ». Du coup l’État a mis quelques milliards d’argent public pour créer… 2 initiatives. Franco-françaises. Et depuis une feuille blanche.

Et évidemment, un sujet sérieux comme ça ne pouvait être traité que par
des vraies boites, des qui savent faire et ont pignon sur rue. Résultat
: elles ont siphonné l’argent public, et il n’est rien sorti de tout ça.

Maintenant on a un autre exemple moins récent mais très intéressant :
Airbus. On est dans les années 50/60 et l’industrie aéronautique en
Europe est totalement morcelée, avec une myriade de PME toutes
extrêmement pointues dans leur savoir-faire, mais qui avancent chacune
de leur côté. En face on a Boeing qui est devenu un leader sur le marché
civil et deux autres acteurs majeurs américains pour le militaire.

Et là, quelques esprits visionnaires et des politiques qui se souciaient
du devenir commun (ça existait encore à l’époque), décident, dans une
initiative pan-européenne, de regrouper toutes ces boites d’abord dans
un programme commun, l’Airbus A300, pour finalement créer, après
quelques années et quelques remous, un groupe intégré : Airbus Industries.
30 ans après Airbus est leader mondial sur le marché !

Donc oui, il faut encourager les programmes communs, et pourquoi pas par la suite des regroupements de sociétés. Mais pour ça il faut que les
politiques le décident, le proposent, et évidemment financent et
soutiennent sur la durée.

Depuis l’affaire Snowden, il y a eu de nombreux autres scandales de
vie privée, notamment Cambridge Analytica. Penses-tu que les
mentalités évoluent, que les choses changent à ce niveau ? Le grand
public est encore majoritairement sur Facebook plutôt que sur Mastodon
malheureusement. Quel est ton point de vue la-dessus ?

Je pense que grâce à ces affaires, on commence à s’apercevoir des enjeux
colossaux liés à la tech et aux données. À commencer par des enjeux
économiques, mais aussi des enjeux sociétaux, qui peuvent menacer nos
libertés, la démocratie… Ces questions arrivent dans la sphère
médiatique. Mais pour le reste je suis moins optimiste : la réalité
c’est que la grande majorité consomme ce qu’on lui donne à consommer.
Donc si on lui donne du pain et des jeux, elle consomme du pain et des
jeux. Si a contrario il y a un travail d’éducation, de la pédagogie, de
la régulation, et une offre attractive et plus vertueuse, alors les
comportements changent.

Et puis objectivement maintenant, se priver de Facebook, ce qui est mon
cas à titre perso depuis plus d’un an, qu’est-ce que ça fait du bien !
je me suis rendu compte du temps que j’avais perdu pendant des années
auparavant à lire telle ou telle personne se plaindre de ceci ou cela,
ou poster la super photo de sa quiche qui sortait du four. Au secours !
Mais tout ça reflète la solitude moderne, le besoin de reconnaissance, il y a de vraies questions sur la société et le bien être derrière l’usage qui est fait des réseaux sociaux.

Le mot de la fin, pour donner envie de migrer vers le libre ?

Vive la liberté et l’intelligence collective !

Merci beaucoup pour ta participation 😉

Tags