Le monde du libre 5

Le monde du libre 5
17 mars 2020 Commentaires fermés sur Le monde du libre 5 Monde du libre Numericatous

Bonjour, pourriez-vous commencer par vous présenter un peu svp ? D’où êtes-vous, votre parcours ?

Bonjour,
Je m’appelle Antoine, je suis militant pour le logiciel libre & le respect de la vie privée depuis plus de dix ans maintenant.
J’ai appris l’informatique en autodidacte durant mon collège / lycée, puis j’ai fais une école d’ingénieur.
J’ai durant mon école co-fondé le CHATON Nebulae: un hébergeur de services alternatifs à Google à prix libre (email, contacts, calendrier, fichiers, …)
J’ai ensuite co-fondé Misakey, une entreprise qui développe un coffre-fort pour que chaque citoyen·ne puisse récupérer le contrôle sur ses données personnelles. Tout ce que nous développons est open-source.

Que proposez-vous comme prestations dans votre société ? Sur quoi travaillez-vous ?

Nous proposons un produit à destination des citoyen·nes & des DPOs.
Il s’agit d’un coffre fort pour les utilisateurs·trices, afin qu’iels puissent récupérer leurs données personnelles. Nous avons la vision de pouvoir permettre aux utilisateurs·trices de pouvoir ensuite les repartager comme bon leur semble (mais on n’en est pas là).
Côté entreprises, on a développé un moyen pour que les DPOs puissent répondre de manière sécurisée aux demandes de portabilité, et ainsi rendre les données aux utilisatrices·teurs.

Pourquoi avoir choisi le domaine du logiciel libre ? N’est-ce pas plus compliqué (business model, éthique, etc) ? Quels sont les avantages ?

On a choisit le logiciel libre pour des raisons éthiques et politiques. Je suis convaincu que c’est en créant une valeur commune qu’on peut faire avancer les choses. Également cela nous permet d’être rassuré sur le fait que notre travail est utile : si l’entreprise est ammenée à devoir cesser son activité, tout le travail accomplis n’est pas perdu car dans le domaine public.

Cela crée des complexités, notamment en terme de business model, de peur de la concurrence et d’exigence vis à vis de ce qu’on fait (à l’instant où on déclare être open-source / engagé pour la vie privée, la moindre petite incohérence est perçue comme une trahison).

Les avantages sont plutôt nombreux :

revue de sécurité sur ce qui est produit (n’importe qui pouvant lire le code, ça augmente les chances de détecter les failles)

possibilité de contributions extérieurs

création d’un commun plutôt qu’un bien totalement privé

facilité de recrutement dans un domaine qui est habituellement compétitif (beaucoup de bons développeurs sont sensibilisés aux enjeux de vie privée / open source, et donc mettent de la valeur à travailler pour ça).

Quels sont les outils et technologies que vous utilisez le plus au quotidien, que se soit en interne ou avec vos clients ?

Gitlab pour le travail collaboratif

Mattermost pour la communication écrite interne

Mumble pour le vocal

Jitsi pour la visio conf

Ubuntu en tant qu’OS

Des dizaines de packages / modules / technos opensource pour construire le produit (docker, kubernetes, hydra, react, et j’en passes énormément, tu peux aller voir sur notre gitlab si tu veux du détail la dessus ahah).

Comment voyez-vous l’écosystème des entreprises du libre aujourd’hui en France, que l’on dit par ailleurs leader de l’open source en Europe. Le CNLL, les divers clusters, y a-t-il une vraie dynamique, le marché est-il en croissance, avec des emplois et des développements ?

J’ai très peu de vision la dessus, donc pas un avis très pertinent sur la question.

Que pensez-vous des formations au numérique aujourd’hui ? Pensez-vous quelles sont adaptées à notre époque, nos usages ? Le libre est-il assez présent ? Il y a notamment de très nombreuses écoles de code pour former des développeurs en quelques mois, ou encore Google qui ouvre des centres de formation.

Je connais assez peu les formations au numérique en général, je vais donc focaliser sur ce que je connais le mieux : les formations au développement.
J’ai l’impression qu’il y a aujourd’hui des formations rapides (le wagon, simplon, …) pour avoir des bases, qui permettent de former des technicien·nes du développement. Très bien pour aller faire de l’intégration ou du WordPress.

Des écoles spécialisés (epitech, 42, …) pour avoir des excellents développpeurs·euses. Il en sort parfois des ingénieur, mais plus généralement des bons dev qui manquent de vision archi.

Des écoles d’ingé généralistes ou spécialisés, qui vont former des bons profiles hybrides: pas d’excellents développeurs, mais avec une bonne vision d’archi et de gestion de projet.

Du coup ça dépends vraiment du besoin. J’ai l’impression que la plupart des formations qui ouvrent en ce moment se focalisent sur le premier point, alors qu’il y a des pénuries des deux autres.

En ce qui concerne le libre, je ne connais aucune formation qui en parle de manière sérieuse aujourd’hui, et c’est bien dommage.

Pour ce qui est des recrutements, Est-ce qu’être dans le libre est un frein ? Avez-vous suffisamment de candidats quand vous cherchez quelqu’un ? Les compétences suivent-elles au niveau des outils libres ? Y a-t-il beaucoup d’autodidactes ?

Au contraire, être dans le libre est une opportunité, comme je le disais plus tôt. Beaucoup de bons profils (curieux, autonome, …) sont intéressés par ces sujets et veulent y travailler (mais ont du mal à trouver)
Le marché de l’emploi est très tendu au niveau des développeurs·euses en ce moment, donc il n’y a pas suffisamment de candidats, mais ce n’est pas lié au libre.

Au sujet des compétences sur les outils libres, ça dépends vraiment lesquelles.
Tout ce qui est de l’opensource d’infra, est plutôt la ref aujourd’hui, donc ça va.
Pour ce qui est des outils collaboratifs, c’est moins une évidence.

Quelles pourraient-être, selon vous, les choses à améliorer, mettre en place, pour aider à développer la filière du logiciel libre en France ? Il y a notamment l’APELL qui va se lancer, en Europe, dont la France fait partie.

Je ne sais pas ce qu’est que l’APELL.

Plus de financement public et privé dans ce secteur

Une incitation à développer du / avec de l’opensource

Création d’une culture de contribution (si j’utilise beaucoup un outil open source, penser à le financer / contribuer)

Incitation / législation pour de l’interopérabilité

Communication / création d’une culture sur le logiciel libre. Ça a énormément d’avantages qui sont aujourd’hui masqués par la peur du vol par un concurrent.

Le mot de la fin, pour donner envie de migrer vers le libre ?

Le libre est probablement le seul moyen de créer un rapport à la technologie qui soit bénéfique pour le monde.

Merci beaucoup pour votre participation 😉

De rien 🙂

P.S. : Pour information, l’APELL est un nouvel organisme pour essayer d’unir le domaine du logiciel libre au niveau Européen. Plus d’informations sur le site de ZDNet, car le site officiel n’est toujours pas en ligne.

Tags