Le monde du libre 6

Le monde du libre 6
22 mars 2020 Commentaires fermés sur Le monde du libre 6 Monde du libre Numericatous

Merci à Florian pour cette interview et son témoignage sur le monde du logiciel libre 😉

Bonjour, pourriez-vous commencer par vous présenter un peu svp ? D’où êtes-vous, votre parcours ?

J’ai monté une petite boite vers 2010 pour facturer quelques projets tout en étant à la fac.
Après une licence en psychologie et une année à développer des sites pendant les cours de clinique en master 1, j’ai décidé de me ré-orienter en informatique (et déménagement à Paris). J’ai suivi deux années de formation en apprentissage à Paris (3 semaines d’entreprise, une semaine de cours) en développement web et système et réseaux. J’ai été embauché à l’issu de ces deux années en CDI dans la boite qui m’avait pris en apprentissage. J’y ai travaillé trois ans. Je me suis investi dans un petit fablab parisien ou l’occasion m’était donné pendant les portes ouvertes de parler open source, open design…etc. La devise à l’époque c’était : on est pas les meilleurs mais qu’est ce qu’on se marre ! On a pas mal partagé sur cette idée de commun et de construction dans tous les domaines de la bidouille : on fabriquait notre dentifrice et on faisait des plantes connectées entre autre, pour te dire l’ambiance Cool. Transversal. Plein d’erreurs, le pied. Épuisant aussi.
Je suis ensuite parti au Canada où j’ai travaillé à nouveau 10 mois dans une entreprise Québécoise. Depuis mon retour je travaille à nouveau en auto-entrepreneur en relation avec d’autres développeurs et je déchante un peu de voir que les projets informatiques 10 ans après mes premiers projets sont toujours aussi mal gérés.

Que proposez-vous comme prestations dans votre société ? Sur quoi travaillez-vous ?

Cours d’informatique et projets web : souvent des web app qui demandent plusieurs mois de développement : hôpitaux, états…etc. Souvent sous Symfony. Un peu de boutique en ligne. A titre perso je développe une application web pour faire le lien avec MySensors : solution de domotique libre avec Arduino.

Pourquoi avoir choisi le domaine du logiciel libre ? N’est-ce pas plus compliqué (business model, éthique, etc) ? Quels sont les avantages ?

Je n’ai pas choisi le domaine du logiciel libre, c’est lui qui m’a choisi ! A force de bénéficier de code écrit par d’autres on se sent redevable et on essai d’apporter à la communauté, avec ses faibles moyens et son temps. On signal des bugs, on traduit, on explique pour faire avancer tout le monde. Clairement si je n’avais pas eu accès au code source de milliers de logiciels / bibliothèques, je n’aurais pas pu m’améliorer dans ma pratique ni dans mon apprentissage. C’est primordial de lire du code pour en écrire.
Je n’ai pas de business model à proprement parlé mais sans logiciel libre on se doit de ré-inventer la roue à chaque fois : se créer sa boite à outil et ça peut prendre du temps. L’open source c’est aussi bénéficier de la somme d’intelligence des autres pour la mettre à profit chez soi : gain de temps, lisibilité…etc Si on redonne un peut tout le monde y trouve son compte.

Quels sont les outils et technologies que vous utilisez le plus au quotidien, que se soit en interne ou avec vos clients ?

Sur mon ordinateur personnel je suis sur Linux. Dans mes cours je pousse le plus possible vers l’utilisation de système libre. Çà n’a plus rien à voir avec les années 2005-2010 ou installer et faire fonctionner une Ubuntu/Debian était principalement pour les initiés. Ça a beaucoup évolué. La plupart du temps il s’agit de bibliothèques ou framework : jquery, vuejs, symfony.
Après il s’agit d’expliquer en quoi l’utilisation d’un framework libre a des avantages pour le client : notamment en terme de coût, de lisibilité (tout le monde parle la même langue) et de maintenance : le projet sera repris par d’autres sans problème.
C’est souvent bien compris sur des frameworks reconnus par les clients.

Comment voyez-vous l’écosystème des entreprises du libre aujourd’hui en France, que l’on dit par ailleurs leader de l’open source en Europe. Le CNLL, les divers clusters, y a-t-il une vraie dynamique, le marché est-il en croissance, avec des emplois et des développements ?

Pas vraiment d’avis sur ce coup là, pas assez connaisseur sur la question.

Que pensez-vous des formations au numérique aujourd’hui ? Pensez-vous quelles sont adaptées à notre époque, nos usages ? Le libre est-il assez présent ? Il y a notamment de très nombreuses écoles de code pour former des développeurs en quelques mois, ou encore Google qui ouvre des centres de formation.

Je suis principalement autodidacte (le site Openclassroom m’a beaucoup aidé pour débuter). J’ai été très déçu par mes formations : clairement il y a toute sorte d’écoles, s’y retrouver est compliqué, des fois c’est carrément des arnaques où les formateurs font payer les examens d’entrée par exemple – vécu -. Quand on passe dans le monde professionnel les formations proposées aux entreprises sont beaucoup plus qualitatives pour peu qu’on s’adresse à des organismes reconnus, elles sont également plus courtes et chères. J’ai eu l’occasion de travailler avec des personnes sortant d’IUT et rien à redire sur leurs investissements et leurs connaissances. Je me dit que la formation est donc bonne dans le publique même si elle mériterai d’être plus sectorisé, les apprenants ressortent avec une boite à outils qui leurs permet de gérer quasi n’importe quoi moyennant les intérêts de chacun. Oui le libre est présent mais peu expliqué, ça parait souvent comme une évidence pour les codeurs de lire et copier du code… on ne pense pas à la somme de code « caché ».

Pour ce qui est des recrutements, Est-ce qu’être dans le libre est un frein ? Avez-vous suffisamment de candidats quand vous cherchez quelqu’un ? Les compétences suivent-elles au niveau des outils libres ? Y a-t-il beaucoup d’autodidactes ?

Je ne recrute pas dans mon auto entreprise; cependant pour avoir fait passé des entretiens dans le passé, oui il y a beaucoup d’autodidactes. Souvent un petit manque de curiosité sur les technos open source et sur la bidouille en général, mais comment le reprocher : l’informatique c’est vaste et l’open source n’est pas mis en avant. On demande toujours de voir du code, un Github, on regarde les contributions, ça en dit beaucoup sur les centres d’intérêts et le niveau des personnes : ce qu’elles veulent et peuvent montrer; ça n’a jamais été un point décisif car pour coder sur des projets open source il faut avoir du temps. Il y a beaucoup de candidats mais le niveau est disparate. « Il y a des bons et des mauvais chasseurs ». Plus sérieusement beaucoup utilisent du logiciel libre sans même le savoir.

Quelles pourraient-être, selon vous, les choses à améliorer, mettre en place, pour aider à développer la filière du logiciel libre en France ? Il y a notamment l’APELL qui va se lancer, en Europe, dont la France fait partie.

A mon sens l’état français a un rôle majeur à jouer sur l’open data et l’équipement des administrations en logiciels libre.
Quand on pense que la défense et l’éducation nationale sont sous licence Windows rien que pour le logiciel d’exploitation, on a du souci à se faire ! Il en va de l’indépendance d’un pays et de sa capacité à montrer la voie.
Comment penser libérer les esprits (mais peut être n’est-ce pas le rôle de l’éducation nationale ?) si on n’apprend pas la contribution aux élèves, par exemple. Git est un outils exceptionnel pour collaborer, je doute qu’il soit appris en cours d’informatique dans les bahuts. Ce serait faire passer les consommateurs au stade de la création puis de la co-création. Autant dire une révolution de société. En informatique, comme souvent ailleurs aussi, ça passe par l’éducation. Manque de volonté, de conseils et de connaissances des élites flagrante… Bon c’est la tarte à la crème, mais quand même, ça en dit long : https://www.youtube.com/watch?v=rq3p4ncqWOE
Travailler sur l’open hardware me parait aussi primordial tant nos ordinateurs sont soumis à des chaînes de productions obscures, ce sont de vraies boites noires. Travailler sur de l’indépendance numérique et du distribué à l’échelle européenne.

Le mot de la fin, pour donner envie de migrer vers le libre ?

Je ne pourrais jamais retourner sur un Windows/Mac de ma vie, ni me passer de logiciels libres, ils sont partout. (j’ai quelques anecdotes croustillante sur Apple trop longues à développer ici). Une fois qu’on s’est un peu pris la tête à chercher et comprendre comment les ordinateurs fonctionnent, comment on code, où trouver le code, le détourner, l’améliorer… Comment revenir en arrière ? Être confiné dans sa boite ? La différence entre le propriétaire et le libre : c’est comparer la taille de la Terre et celle de l’univers, un monde où on se perd plus facilement mais avec tellement plus de surprises ! Et tout n’est pas rose c’est aussi beaucoup de temps et de galères, de trucs qui marchent pas aussi, mais la communauté veille, le lien est bénéfique.

Tags