Auto-hébergement

Le web est depuis plusieurs années de plus en plus centralisé. C’est à dire que tout est concentré entre quelques très grandes plateformes (comme les GAFAM bien sûr). La majorité des services utilisés sont hébergés par des géants. Ceci est à l’inverse de la façon dont le web a été créé car, à l’origine, le web est censé être décentralisé, avec de nombreux acteurs. Maintenant, tout est regroupé entre quelques un, qui font leur loi et imposent leur vision. Et lorsqu’il y a une panne (un bug ou un piratage) sur l’un d’entre eux, c’est le web mondial qui tremble et est impacté, on l’a vu plusieurs fois. Alors peut-être qu’il faudrait revoir ce modèle et tenter, un petit peu, de décentraliser à nouveau le web.

Depuis quelques années, le mouvement de l’auto-hébergement gagne en ampleur. L’auto-hébergement est le fait d’héberger soi-même ses services sur son matériel, chez soi. Évidemment, cela apporte de nombreux avantages, comme un contrôle total de ses données et de ses systèmes. Vous mettez en place ce que vous voulez comme vous le voulez. Ce mouvement a beaucoup séduit et de nombreuses personnes sont passées à l’auto-hébergement, notamment pour leur blog mais pas seulement. C’est un très bon moyen de décentraliser le web. Chacun héberge ses services au lieu que tout le monde soit sur la même plateforme d’un géant.

Mais, bien sûr, cela n’ai pas donné à tout le monde. Il faut de nombreuses compétences en matière d’hébergement, de serveur web, de cybersécurité, tout comme une bonne bande passante, ce n’est pas simple et ça ne s’improvise pas, loin de là. Il existe divers projets qui tentent de simplifier cela, comme Yunohost par exemple ou encore La Brique internet. L’arrivée des Raspberry a aussi changée la donne en matière de matériel. Bref, les choses se simplifient un peu et c’est une bonne chose.

raspberry
Raspberry Pi

Avec un Raspberry, on installe son serveur web (typiquement LAMP, Linux, Apache, MySQL, PHP), puis les services nécessaires, comme un WordPress ou Nextcloud par exemple, suivant ses besoins. Ensuite, il faut un nom de domaine chez un hébergeur, puis configurer les DNS de votre nom de domaine pour qu’ils pointent sur votre Raspberry, branché chez vous sur votre box internet (dont il faudra ouvrir certains ports). Voilà rapidement résumé le cheminement technique.

Une solution plus simple (qui n’est plus du vrai auto-hébergement) consiste à louer son serveur web dédié, ou trouver un des Chatons de Framasoft qui hébergent les services désirés. Du coup, plus besoin de s’occuper du matériel mais uniquement de la partie logicielle. Regardez ce que propose mon partenaire Ikoula pour leur hébergement sur des Raspberry, c’est l’idéal pour bien débuter sans trop rentrer dans les détails techniques.

Alors, le sujet vous intéresse ? Envie d’en savoir plus ? N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions 😉


Newsletter

Catégories d’articles

Catégories de produits

Panier