Plaidoyer pour un numérique éthique

Windows 11, ordinateurs à la poubelle

Le nouveau système de Microsoft, Windows 11, commence à être déployé. On le trouve déjà sur de nombreux ordinateurs en vente sur les sites de e-commerce. Windows équipe la majorité des ordinateurs dans le monde. Mais on sait, Microsoft a prévenu, Windows 11 a besoin de prérequis spécifiques pour fonctionner. Et ces prérequis vont empêcher des millions d’ordinateurs à migrer sur ce système. Il faut, pour faire simple, un ordinateur de moins de 3/4 ans pour pouvoir migrer et utiliser ce nouveau système. Et les autres alors ? Les ordinateurs un peu plus anciens, on en fait quoi ? Des millions d’ordinateurs vont donc aller à la benne à cause de Windows 11. Microsoft n’a-t-il pas entendu parler de réchauffement climatique ni même de pollution numérique pour nous proposer un tel système qui rend obsolète des ordinateurs qui pourraient encore fonctionner plusieurs années ? C’est impensable une telle absurdité ! Mais « business is business » je suppose et après eux le déluge. C’est le profit avant tout, en tant pis pour les conséquences sur la planète et les consommateurs.

Heureusement, il existe de nombreuses distributions GNU/Linux qui remplaceront avantageusement Windows et avec lesquelles vous pourrez garder votre ordinateur encore plusieurs années (c’est bon pour le pouvoir d’achat et la planète). Le libre est là pour vous aider 😉

Le cloud, la confiance et… Google

La souveraineté numérique est devenu très à la mode et on entend beaucoup parler de ce sujet depuis un moment. Effectivement, c’est un enjeu majeur à ne pas négliger. Notre pays dois pouvoir compter sur son infrastructure et ses sociétés nationale pour bâtir un numérique de confiance et indépendant de sociétés étrangères. C’est vital pour le contrôle des données personnelles notamment, dans nos administrations par exemple. Nous avons des outils et des acteurs pour cela. Et nous pouvons/devons investir et les soutenir pour les développer.

Et le gouvernement nous annonce la création d’un « cloud de confiance » avec un accord entre Thalès et… Google. Oui, un accord avec un GAFAM pour bâtir notre cloud de confiance ! Ne nous prendrait-on pas pour des jambons ? De qui se moque-t-on avec cet accord, qui est dupe ? Où peut-être la confiance avec un GAFAM, qui collecte tout ce qu’il peut comme données (c’est son business model) et spécialiste pour payer le moins d’impôt possible dans nos pays (oui, la taxe sur les géants du numérique, c’est vraiment petit compte tenu des sommes en jeu). On marche sur la tête et on prend des décisions qui vont à l’encontre de ce qu’il faut faire pour notre numérique.

Mais le gouvernement n’en est pas à son coup d’essai dans ce domaine. Pendant la crise, il a envoyé nos TPE et PME chez Amazon pour les « aider » à passer au numérique. Un GAFAM encore. Et nos entreprises du numérique, elles font comment pour se développer ? L’éducation à distance ? Zoom, dont le patron a menti plusieurs fois sur la sécurité de son système, ou les outils de Google encore. Alors que l’on a des alternatives éthiques et fonctionnelles, citons notamment TeachReo, spécialiste des classes à distance et se basant sur un outil libre, BigBlueButton. Il faut miser sur nos acteurs locaux et les aider à se développer pour si l’on veut un numérique de confiance. Des acteurs éthiques, on en a, citons notamment SmartRezo, Ikoula, Inspeere ou encore Watcha pour ne citer qu’eux.

Education au numérique, formation

On a beaucoup parlé des « digital natives », c’est jeunes qui seraient directement à l’aise avec le numérique. Mais maîtriser le numérique ne signifie pas savoir tapoter sur une tablette ou un smartphone à longueur de journée ou cliquer sur des pouces bleu. Il faut comprendre les tenants et les aboutissants de tout cela. Savoir ce qui se passe derrière. En comprendre un minimum la technique, le fonctionnement, les enjeux. Pourquoi un réseau social me montre ceci et pas cela, pourquoi mon voisin ne verrait pas les même choses. Pourquoi, même si je n’ai « rien à cacher » (vous ne fermez pas la porte en allant au toilette, vous donnez votre numéro de carte bleu partout ?) il est préférable de protéger sa vie privée en ligne face aux GAFAM de plus en plus voraces. Que sont ces algorithmes qui dirigent nos vies ? Comme on dit, le cloud, c’est l’ordinateur de quelqu’un d’autre, il faut donc pouvoir lui faire confiance, non ? Bref, le numérique, ses codes et ses usages, cela s’apprend. Et pas dans des écoles Google (qui fonctionnent de plus en plus avec pôle Emploi…) qui embrigadent dans leurs outils et leur façon de penser.

Et la sécurité, on est en octobre, le mois de la cybersécurité. Pourquoi tant de gens sont victimes d’hameçonnage et de problème de sécurité ? Il y a un manque cruel de sensibilisation dans ce domaine. On va dans une grande surface acheter un ordinateur comme on achèterait un grille-pain et le vendeur nous dit juste, c’est simple, y a juste à cliquer, et vous voilà formé. Et toutes ces entreprises, petites ou grandes, ces administrations et hôpitaux, victimes de pirates et de ransomware. Oui, la sécurité informatique, ça ne s’invente pas, cela demande des compétences, du temps et des moyens. Mais pensez à ce que cela serait si vous perdiez tout votre système suite à un piratage.

En conclusion

Vous l’aurez compris, le numérique n’est pas un sujet simple, loin de là, c’est un sujet qui doit se réfléchir et s’appréhender de façon construite. L’enjeu est des plus important.

C’est pourquoi les acteurs locaux pour un numérique plus éthique doivent se mobiliser et s’unir en ce sens, c’est la seule façon de faire avancer les choses pour construire un autre numérique, éthique, à visage humain et utile à tous.

Numericatous est là pour vous aider à découvrir ce numérique 😉

Newsletter

Catégories d’articles

Catégories de produits

Panier